Plan particulier pour la Creuse

Sous l’impulsion du Président de la République, le PPC a été lancé en octobre 2017, avec comme but
de faire de la Creuse un territoire pilote, moteur de l’innovation dans
la ruralité
. Porté et défendu par le Député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau, ce projet vise à redynamiser la région tout en assurant la prise en compte des
besoins des habitants
. Le Plan Particulier pour la Creuse a pour ambition
d’initier un sursaut réel et durable à ce département en se donnant deux objectifs principaux : créer de l’emploi et améliorer l’accessibilité des
citoyens
(transports et numériques). Le PPC s’articule autour de trois grands axes stratégiques : accompagner les évidences pour donner une image forte, dynamique et positive de la Creuse, créer, développer et conforter les « activités de niche » et enfin accentuer les conditions du « bien vivre en Creuse ».

Fruit d’une démarche inédite, ce projet a été élaboré par les différents acteurs creusois (privés et publics) réunis au préalable pour trouver, ensemble, les moyens de parvenir aux objectifs fixés.
Ainsi, afin de donner lieu à ce projet et de le mettre en œuvre, un travail en synergie a été effectué, regroupant parlementaires, élus, entreprises, associations.  Après avoir établi un diagnostic partagé et à l’issu de 50 réunions de travail, les acteurs locaux ont identifié des projets concrets en faveur du développement du territoire et qui s’inscrivent dans cinq axes prioritaires :

 

  • Valoriser l’image et les atouts de la Creuse
  • Soutenir les entreprises innovantes, créer, développer
  • Accentuer les conditions du bien vivre en Creuse
  • Des grands enjeux transversaux et des solutions envisagées
  • Evaluer l’efficacité du Plan de manière transparente

Pour le mettre en place, 118 projets concrets ont été identifié sur le territoire et plus de 80 millions d’euros ont été mobilisés par l’Etat.

 

 

Valoriser l’image et les atouts de la Creuse 

Promouvoir une agriculture et une industrie agroalimentaire durables

12% des actifs du département travaillent dans le domaine de l’agriculture, afin de diversifier leur activité et de les accompagner dans ce changement, l’Etat les soutient à hauteur de 3,1 millions d’euros ainsi que de 184 000 euros du Conseil départemental de la Creuse.

Faire de Guéret une grande capitale du sport et des loisirs de nature

Renforcer, sur le plan sportif, l’attractivité du territoire, à l’échelle départementale mais également à une échelle plus grande : nationale et internationale avec, entre autres la création d’un centre de préparation aux Jeux Olympique et Paralympiques de Paris 2024.

Faire de la Creuse une destination phare du tourisme vert et culturel

Afin de redynamiser le territoire, le projet prévoit d’accentuer son attractivité touristique en investissant dans des complexes artisanaux, culturels et touristiques mais aussi en investissant dans la station thermale d’Evaux-les-Bains.

La Creuse, berceau de constructeurs d’hier mais aussi de demain

Le Lycée des métiers du bâtiment de Felletin est au cœur de ce projet de formation et d’accueil.

Soutenir les entreprises innovantes, créer, développer et conforter les activités productrices de valeur ajoutée et d’emploi sur le territoire

soutenir l’innovation

Débloquer des fonds pour investir dans l’innovation afin de soutenir l’activité économique et notamment dans la création d’un « aérodrone ».

exploitation durable de la forêt ; transformation et valorisation du bois

Organisation et développement d’une filière de bois en accompagnant les propriétaires forestiers dans leur démarche de gestion durable de la forêt.

production d’énergies vertes et accompagnement de la transition énergétique

Il est important d’accompagner la transition énergétique et de la faciliter avec notamment une aide à la mise en place d’une structure départementale d’accompagnement et d’ingénierie pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique des bâtiments.

Accueil de nouveaux services publics, civils et militaires privés

La Creuse dispose de structures permettant l’accueil de services publics ou privés. Dans le cadre du plan, l’Etat s’engage dans plusieurs propositions : étudier la création d’un établissement public d’insertion dans l’emploi (EPIDE) mais aussi dès l’été 2019, accueillir pour tester le Service national universel, les premiers volontaires dans le Lycée des métiers du bâtiment de Felletin.

Accentuer les conditions du bien vivre dans la Creuse 

Le PPC met au cœur de son projet une amélioration du « bien-être » des Creusois. Pour se faire il s’engage à faciliter les accès aux services publics mais également, s’engage à développer davantage l’offre numérique et l’offre de transports.

Accès et usages du numérique et de la téléphonie

Point incontournable de l’émancipation des territoires ruraux, l’Etat s’engage à apporter une contribution supplémentaire avec le débloquement de 10 millions d’euros pour le déploiement de la fibre et l’accompagnement de tous dans la transition numérique.

Santé, permanence des soins

La Creuse est un des départements où se concentre un taux élevé de personnes âgées, faire face au vieillissement de la population est donc un enjeu majeur. L’Etat s’engage en cohérence avec le Plan Santé Plus-Creuse à réduire les inégalités de santé sur le territoire et à améliorer les conditions de vie des personnes âgées.

Education-Insertion

Afin de soutenir le réseau des écoles de proximité, l’Etat s’engage à maintenir durant 2 ans un taux d’encadrement supérieur ou égal à 7 professeurs pour 100 élèves. En outre, l’Etat s’engage à soutenir les démarches qui permettront aux élèves creusois de disposer des mêmes chances de réussite que ceux des grandes agglomérations.

Transport et mobilité

Question incontournable des territoires ruraux, la mobilité et les transports seront largement pris en main par l’Etat afin d’en faciliter leur accès.

Renforcer l’accès à la culture

Inégalement réparti sur le territoire, le plan soutien une offre culturelle dense mettant en corrélation les différentes dynamiques culturelles.
Le Plan prévoit de soutenir la jeunesse et de l’inciter à la culture en en facilitant son accès.

Le PPC prévoit également l’engagement de l’Etat dans l’initiation et la conduite à l’échelon local ou national d’actions transversales, en complément des actions concrètes du plan. En effet, en parallèle des mesures concrètes, l’Etat entend soutenir des projets pour accroître et renforcer la notoriété de la Creuse pour en accentuer son attractivité et porter une image forte et positive du territoire. Il s’agit de souligner son attractivité extérieure mais également d’inciter les locaux et notamment les jeunes à rester sur le territoire et à investir pour le dynamiser. C’est en ce sens qu’un large programme de formation est mis en place pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain. Enfin, afin de suivre l’action du Plan et d’assurer sa mise en œuvre, l’Etat s’engage à rendre compte de l’avancement du plan au comité de pilotage au moins deux fois par an et mettre en
place une cellule d’évaluation autour de données objectives en liaison avec l’Insee.

Ce Plan Particulier pour la Creuse a pour ambition d’être décliné dans différentes ruralités et s’inscrit dans un horizon plus large de donner un nouveau souffle aux régions rurales en difficulté. Le 5 avril 2019, le premier ministre Edouard Philippe, a signé le Plan Particulier en présence de Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des collectivités territoriales.

Des Grands Enjeux Transversaux et des Solutions Envisagées

► Porter une image forte et positive du territoire 

.Pour donner l’image d’une Creuse dynamique et innovante, l’état entend soutenir des projets pour accroitre la notoriété du département avec notamment une campagne Marketing territorial à hauteur de 150 000 euros, un concours photo sur le thème de la Creuse, mais aussi en facilitant les offres de tournage de films ou de séries sur le territoire.

► Attirer les entreprises par des incitations fiscales et sociales

Pour permettre à de nouvelles entreprises de s’installer l’ensemble du département sera maintenu en Zone de revitalisation rurale (ZRR) et les aides à Finalités Régionales (AFR) seront modifiés en faveur de trois secteurs qui vont obtenir des aides spécifiques pour les entreprises. Une réflexion interministérielle sera engager sur l’avenir des régimes zonés post-2020 ayant pour objectif de favoriser la situation spécifique des zones d’emploi des départements à la fois en déprise en termes de population et d’emploi

► Former pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain

L’accès à un master 2 d’infirmier de pratiques avancées de l’Institut de formation aux soins infirmier, en lien avec la Région sera faciliter. Accompagnement de la création d’une License professionnelle « Sciences Sociales et domotiques » à Guéret.  D’ici 2020 de nouveaux équipements permettront l’enseignement des modules médicaux du 1er cycle de formation aux professions médicales. Création d’un diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) « Activités physiques et sportives » (APS) et d’une licence professionnelle « animation gestion et organisation des activités physiques et sportives »

► Structurer le territoire

Accompagnement des collectivités dans le dispositif « Action Cœur de Ville ». La commune de Guéret étant lauréate de Réinventons nos Cœurs de Ville, un ilot immobilier sera rénové pour créer un nouvel espace d’habitat et de commerce.

► Accompagner le changement

En cohérence avec la volonté de modernisation de l’action publique qui conduit à la transformation progressive des politiques publiques, l’état va contribuer à la mise en place d’une cellule d’accompagnement au changement à l’intention des fonctionnaires et des élus et va étudier les expériences et les besoins des usagers de la Creuse

 

Evaluer l’Efficacité du Plan de Manière Transparente

Afin de suivre la mise en œuvre et vérifier l’efficacité des projets accompagnés par le Plan particulier et, le cas échéant réorienter l’action publique si les résultats ne sont pas ceux attendus, le comité de pilotage procédera à son évaluation.
L’état Rendra compte de l’avancement du plan au moins deux fois par an et mettra en place une cellule d’évaluation autour de données objectives en liaison avec l’Insee