Public Sénat – débat sur les accords posts Brexit au sujet de l’attribution des licences de pêche

Interrogé par Public Sénat sur les relations franco-britanniques post Brexit et l’attribution de licences de pêche j’ai rappelé que les négociations étaient toujours en cours entre Clément Beaune et le secrétaire d’Etat britannique chargé du Brexit, David Frost. Ces négociations qui se déroulent de façon apaisée, doivent continuer à faire bouger les lignes. Il manque près de 50% des licences par rapport au nombre de permis qui aurait dû être accordés aux pêcheurs français. Il est malheureux que la France et plus largement l’Europe serve au premier ministre britannique à des fins de politique intérieure pour sa stratégie économique post Brexit. Ce n’est pas aux aux pêcheurs français d’en subir les conséquences.

On sait que la pêche a été un sujet conflictuel et c’est pourquoi les négociations ont été très longues mais l’accord de Brexit était très clair sur le sujet, il a été signé, il doit donc être respecté. Le Président de la République a été très clair, des sanctions (interdiction de débarquement de produits de la mer britanniques dans tous les ports français, renforcement des contrôles douaniers, sanitaires, etc) pourront s’appliquer même si j’espère que nous n’en arriverons pas là.

Les Anglais reprochent aux Français de ne pas contrôler les frontières pour la lutte contre l’immigration clandestine. Sauf que, comme l’a indiqué le ministère de l’intérieur Gérald Darmanin, la Grande-Bretagne n’a toujours pas, pour le moment, payé les 60 millions d’euros d’aides promis à la France dans le cadre de l’accord du Brexit. La question migratoire devra se poser de manière plus globale avec la Grande-Bretagne car nous y serons davantage confrontés et nous allons devoir trouver des solutions sur le long terme. Le Gouvernement met tout en œuvre pour répondre à la situation migratoire à Calais.

Replay