France 5 – C à dire sur le cannabis

Invité sur France 5 dans C à Dire pour exprimer ma position sur le cannabis thérapeutique, le CBD et la légalisation encadrée du cannabis récréatif pour laquelle je suis favorable.
Avec la mission parlementaire dont j’étais le rapporteur général, nous avons exploré les différents usages du cannabis. Avant les nombreuses auditions de professionnels, médecins, policiers, associations et bien d’autres encore, je n’avais aucune idées préconçues sur le cannabis récréatif.


Le constat de ces auditions est le même: la politique actuelle de prohibition ne diminuera pas la consommation de cannabis. L’interdiction n’a aucune action sur les trafics. En France, 1 million de Français avouent fumer quotidiennement du cannabis. 
Nous sommes le pays avec la législation la plus répressive mais un des pays les plus consommateurs. Il est nécessaire aujourd’hui de s’interroger sur l’échec de nos politiques mises en place depuis 30 ans même si les forces de l’ordre font tout ce qu’elles peuvent pour lutter contre ce trafic.  
Donner plus de moyens ne changera rien, le temps qu’un trafic soit démantelé un autre est remonté dans la foulée. La légalisation n’est pas la loi de la jungle, bien-sûr que le cannabis pose des problèmes de santé, en particulier pour les jeunes cerveaux en formation. 
Mais on voit bien qu’au Canada où le cannabis a été légalisé par référendum, la consommation des mineurs décroit et le marché a réduit de 60%. Si nous légalisons, l’Etat doit contrôler la qualité des produits et les prix, il doit jouer son rôle de régulateur !
Si nous légalisons, il faudra contrôler les produits provenant du Maroc pour qu’ici on ne consomme pas n’importe quoi car c’est le plus gros producteur de cannabis, d’autant plus que le pays est actuellement en train de légaliser.
L’objectif n’est pas de faire comme au Colorado qui fait du “tout business” et qui fait de la pub pour le cannabis. A l’inverse, notre rapport propose une vraie légalisation encadrée avec du cannabis contrôlé par l’Etat et commercialisé dans des magasins ou chez le buraliste.  
Des contrôles réguliers sur les produits avec des compositions contrôlées par l’Etat et sur les prix pas trop élevés pour éviter de stimuler le marché noir. Il faut stopper les gros trafics et remettre dans le circuit les petits dealers notamment avec des procédures d’amnistie.

Je suis d’accord avec Gérald Darmanin sur un point: il faut démanteler ces réseaux qui font la loi dans les quartiers et qui financent d’autres trafics

. Aujourd’hui il est intolérable que dans les quartiers la paix sociale soit achetée grâce à ces réseaux.
La production de cannabis en France, qui serait taxée au même titre que la production de tabac permettrait de mettre en place une vraie politique de prévention chez les mineurs car je le répète, le cannabis est une drogue et elle doit rester interdite aux mineurs.
La production française de cannabis concernerait majoritairement le cannabis thérapeutique comme nous y travaillons en Creuse. L’expérimentation lancée en mars dernier permet de soulager des patients qui souffrent de douleurs engendrées par les 5 pathologies prises en compte.
Nous sommes toujours également dans l’attente de la publication du décret autorisation la production de cannabis en France pour le CBD car la demande est très forte.

Replay