Libération – Loi climat: les engrais azotés, nouveau champ de bataille

Je suis opposé à la mise en place d’une redevance sur les engrais azotés minéraux que certains souhaiteraient imposer dans le Projet de loi «climat et résilience», c’est pourquoi j’ai déposé un amendement pour supprimer l’article 62 de ce texte.

Les agriculteurs n’utilisent pas les engrais azotés minéraux par plaisir mais parce que cela leur assure des rendements qui leur permettent de vivre. Si je devais m’en passer sur mon exploitation, mes rendements chuteraient d’au moins 40%. Cela représenterait le double voire le triple de ce que j’économiserais en ne devant plus acheter pour environ 3 000€ d’azote de synthèse par an. Contrairement à ce qu’on pense, le secteur agricole fait face au changement climatique et agit sur les engrais azotés.

Entre 2005 et 2019, on enregistrait une diminution des émissions d’ammoniac de 2,3% et de 1990 à 2018 les émissions agricoles de protoxyde d’azote ont diminué de 9%. Cette redevance est une fausse bonne idée et ajouterait une contrainte supplémentaire pour nos agriculteurs.

Nos agriculteurs ont déjà des coûts de production parmi les plus élevés d’Europe et connaissent des contraintes environnementales fortes comparé à d’autres pays européens. Il est inacceptable de leur imposer une taxe qui ne s’appliquerait pas au niveau européen et qui mettrait en péril notre souveraineté alimentaire.

Lire l’article ici.