Audition de la secrétaire d’État aux affaires européennes, Amélie de Montchalin, sur les résultats du Conseil européen du 19 juin 2020.

Pour reprendre les propos d’un ancien ministre Creusois, Hubert Vedrine : « L’Europe est une sorte de paradis pour Bisounours, mais le monde, c’est Jurassic Park »

J’ai interrogé Amélie de Montchalin, secrétaire d’État aux affaires européennes, sur les résultats du Conseil européen du 19 juin 2020. 

Je lui ai fait part de mon inquiétude quant au fait que l’actuel commissaire européen, Phil Hogan ait fait part de ses volontés de briguer le poste de directeur général de l’OMC. 

Si cela advenait, nous ne savons pas ce qu’il adviendrait de la négociation des accords commerciaux en cours, au moment où le Parlement des Pays-Bas vient de refuser de ratifier l’accord commercial difficilement négocié entre l’Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay), pourtant cher à Phil Hogan. 

Je lui ai également demandé comment la France envisage-t-elle de répondre à la consultation de 3 mois, lancée par la Commission européenne sur la révision de la politique commerciale de l’Union. 

La crise du Coronavirus a montré le besoin de remettre à plat le mandat de négociation de la Commission en matière commerciale afin de garantir une souveraineté européenne dans tous les domaines, en particulier la santé et l’agriculture.