Mes propositions à Olivier Véran pour le Ségur de la Santé

🏨👩‍⚕️Lancé le 25 mai dernier, le Ségur de la Santé doit conduire, au bout de l’été, à un grand plan tirant les leçons de la crise du coronavirus pour réformer le système de soins français. 

Dans cette optique, j’ai soumis plusieurs propositions construites sur la base des remontées des professionnels et des citoyens de mon département, la Creuse.

🔴 Proposition #1 : 

. La sortie définitive de la tarification à l’activité pour les hôpitaux, notamment les ruraux
. La tarification à l’acte alourdit les budgets des établissements de santé qui n’arrivent pas à recruter et n’ont que ces solutions pour occuper les postes ouverts chez eux. 

Cette situation vient par exemple majorer le déficit de l’hôpital de Guéret qui est aujourd’hui en grandes difficultés. La présence de nombreux médecins intérimaires ne fait que renforcer ce déficit et met à mal la confiance des habitants dans la qualité de notre offre de soins. 

Aujourd’hui 60% des creusois ont pris l’habitude de se faire hospitaliser en dehors de notre département, notamment pour de la chirurgie.

🔴 Proposition #2 : 

. L’encadrement des salaires des “mercenaires” du remplacement.

🔴 Proposition #3 : 

. Élargir les aides à l’installation des médecins dans les territoires ruraux

La qualification de notre département en zone de revitalisation rurale (ZRR) crée une concurrence entre le privé et le public qui a pour conséquence d’attirer les praticiens du public vers le privé. Pour éviter cela, la mise en place d’exonérations fiscales et d’allègements de charges ou des primes à l’installation, ciblées vers les établissements de santé publics, pourraient aider aux recrutements de professionnels de santé dans les territoires ruraux.

🔴 Proposition #4 : 

. Relocaliser la gestion de la santé publique

Les médecins et, au-delà, tous les personnels de santé, et les élus doivent reprendre la main sur la gestion de la santé publique si nous voulons améliorer notre système de soin et arriver à une véritable souveraineté dans ce domaine. Nous devons notamment revoir leur position dans les conseils d’administrations où ils n’ont plus qu’un rôle consultatif, la décision finale revenant au directeur et aux administratifs. La santé publique doit ainsi être remise au cœur de l’action de proximité et conduite dans le département, en associant hospitaliers et médecine de ville autour des besoins et des projets locaux.

🔴 Proposition #5 : 

. Transférer les compétences des Agences Régionales de Santé aux départements pour des décisions au plus près du terrain

Les Agences Régionales de Santé (ARS) avaient peut-être un sens quand elles ont été créées dans les petites régions. Or aujourd’hui, leur centre est souvent déconnecté des réalités locales. Dans le cas de la Creuse, la capitale de la Région Nouvelle Aquitaine est située à Bordeaux, à plus de 300 km de Guéret, notre préfecture, cela n’a plus de pertinence pour gérer des questions aussi importantes que la santé et l’accès aux soins, qui touchent directement les citoyens dans les territoires. 
Les départements seraient donc l’échelon le plus pertinent pour prendre les bonnes décisions sur la santé, au plus près du terrain. Les compétences des ARS devraient ainsi être transférées aux conseils départementaux, déjà acteurs de la santé dans les territoires (avec déjà des compétences sur l’aide sociale et le handicap).

🔴 Proposition #6 : 

. Accélérer la mutualisation des moyens et des charges pour le développement de services de santé attractifs et innovants dans les territoires ruraux

La mutualisation des moyens et des charges pourrait considérablement améliorer l’offre de soin globale dans les territoires ruraux et permettre le développement de services de santé attractifs et innovants, à la fois pour les patients et pour les médecins qui viennent y exercer. C’est par exemple le cas du service de la maternité de l’hôpital de Guéret qui s’est développée sous la forme d’une éco-maternité responsable n’utilisant pas de détergent et préservant l’environnement.